Du formol au ficus…ou partager votre chambre avec un cactus !

Du formol au ficus…ou partager votre chambre avec un cactus !

Partager l'article :
  •  
  •  
  •  

Ceux qui connaissent mon intérieur savent que j’aime ajouter des plantes vertes à ma déco, petites ou grandes, dans des pots plus ou moins insolites…avec plus ou moins de succès car avoir la main verte n’est pas donné à tout le monde ! Depuis toute petite j’ai toujours vu mes grands-parents, puis maintenant mes parents jardiner, par plaisir, par passion (des fleurs et des bouquets), par loisir pour le potager, mais toujours en extérieur, dans leur jardin !

Depuis plusieurs années, vous l’aurez remarqué, impossible de passer à côté, la tendance est à l’urban-jungle, soit jardiner (ou acheter directement des plantes en pots pour les plus pressés !) dans son appartement, dans sa maison de ville. Cette tendance est toujours d’actualité cette saison, mais ce n’est pas le côté esthétique dont je veux vous parler aujourd’hui, mais du côté bien-être des plantes.

En effet, en installant des plantes chez vous vous contribuez également, peut-être sans le savoir, à dépolluer votre intérieur ! (Mais cela ne vous dispense pas d’aérer vos pièces au moins 5 minutes par jour pour renouveler l’air !).

Une pollution quotidienne et constante

Oui l’air de votre intérieur est pollué, je ne vous apprends rien ! Parfois davantage que l’air extérieur ! Quels sont les principaux polluants que l’on retrouve chez soi ?

Il en existe plusieurs regroupés sous l’appellation de COV (composés organiques volatils). Ainsi, le formaldéhyde, le benzène, le xylène, le toluène et le trichloréthylène sont des solvants présents dans les produits de construction, ameublement, laine de verre, produits détergents, certains plastiques, les peintures, les vernis…Le formol est émis naturellement lors de tout phénomène de combustion (feux, fumée de cigarette) et lors de la cuisson des aliments.

L’ammoniac est un gaz présent dans les meubles en bois aggloméré.

Le monoxyde de carbone est un gaz se dégage des appareils de chauffage ou de production d’eau chaude à combustion lorsque ceux-ci sont vétustes ou mal réglés.

Parce qu’un intérieur ou il fait bon être est aussi un intérieur sain, je vous dévoile les plantes championnes en la matière ! Petit aperçu des 10 plantes qui, à mon sens, allient efficacité et esthétique ! (car je ne perds jamais de vue le côté déco 😉

1.Le lierre (Hedera Helix) se cultive aussi bien en extérieur qu’en intérieur. Pour limiter la teneur de l’air en formaldéhyde (formal), benzène et ammoniac. Sachez néanmoins que les variétés panachées ont besoin de beaucoup de lumière. J’en ai un peu partout chez moi, dégoulinant le long d’un meuble, ou suspendus au plafond !

 

 

2. Le chlorophytum (plante araignée) La lumière indirecte est vivement recommandée pour cette plante, et un arrosage modéré lui suffit.  Tout est bon dans le chlorophytum puisque racines, feuilles et tubercules sont dépolluantes. Aussi on la placera un peu partout dans la maison. Monoxyde de carbone, formaldéhyde (formol), toluène, xylène : aucun polluant ne lui fait peur !

 

 

3. Le pothos (Philodendron scandens) absorbe aussi bien le formaldéhyde (formol), le toluène que le monoxyde de carbone… Ultra résistant, il n’a besoin ni de beaucoup d’éclairage, ni de beaucoup d’eau, il se taille régulièrement pour gagner en beauté et en vigueur. Je discipline ses tiges dans un grand pot autour de grands tuteurs ou je laisse courir des tiges sur mes bibliothèques.

 

 

4. La fougère de Boston (Nephrolepis exaltata) Les salles de bain sont parfaitement adaptées à cette plante qui aime les endroits frais avec de la lumière indirecte et une forte humidité. Elle élimine les polluants comme le xylène et le formol présents dans la pièce. Cette fougère est idéale lorsqu’il faut faire face à des fortes doses de formaldéhyde (elle en absorbe 1863 microgrammes par heure). Une seule exigence, de l’eau ; originaire des forêts tropicales humides, elle a vraiment besoin. Sa culture reste néanmoins facile.

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/366410119663532736/

5. Le dragonier (Dracaena marginata) Il existe plus de 40 sortes de dracaena, vous pourrez donc en trouver une qui s’intégrera facilement à votre intérieur. Cette plante élimine le benzène, le formol, le trichloréthylène, et le xylène de l’air.

Attention, cette plante est toxique pour les chats et les chiens ! Mieux vaut donc en choisir une autre de notre liste pour préserver votre ami à 4 pattes.

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/398990848231017289/

6. Le ficus (Ficus benjamina) un grand classique ! On le dispose souvent au coin d’une pièce, qu’il habille joliment grâce à son volume souvent important. En fait, le ficus va croître en fonction de la taille du pot dans lequel vous le plantez. Ils mesurent en général entre 60cm et 3 mètres de haut et ont une capacité de nettoyage de l’air très conséquente. Vous pouvez également le mettre dehors au printemps et en été. Le ficus élimine le benzène, le trichloréthylène et le formol de l’air intérieur.

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/257338566187537803/

7. La “fleur de lune” (Spathiphyllum). En plus de ses très belles fleurs qui apparaissent en été, cette plante est la plus « increvable » de notre liste. Elle a la capacité de nettoyer une très grande quantité d’air et préfère les endroits ombragés pour pousser. Sinon le spathiphyllum ne fleurira pas ou peu. Penser à l’arroser régulièrement. Elle élimine l’ammoniac, le benzène, le formol et le trichloréthylène.

 

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/71776187795755450/

8.Le palmier chamaedorée (Chamaedorea elegans). Ce type de palmier est le plus efficace pour filtrer le formol. La chamaedorée se porte très bien en plein soleil, supporte très bien la lumière directe et peut pousser jusqu’à 4 mètres de haut ! Outre le formol, elle purifie l’air du benzène et du trichloréthylène.

 

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/329044316501141454/

9. L’aloe vera (Aloe barbadensis Miller). Cette plante multi-usage, qui me rappelle la ville de Lima ou chaque foyer a son(ses) propre(s) plan(s) est bénéfique pour la santé lorsqu’elle est consommée en petite quantité ou lorsqu’elle est appliquée sur une plaie pour aider à soulager les brûlures. Cette plante extraordinaire à également le pouvoir de purifier l’air intérieur ! Elle supprime efficacement le formol présent dans la pièce ou est disposée. La feuille est souple, épaisse et caoutchouteuse. L’intérieur est gélatineux. Attention car les pointes sont très piquantes.

Source : https://www.pinterest.fr/pin/522769469230271190/

10. Le géranium (ou Pelargomium): personnellement, ce n’est pas mon préféré, je n’en ai pas chez moi. Mais il est très efficace et donne de jolies notes de couleurs à votre intérieur pour un budget très raisonnable, et il est facile d’entretien.

 

 

 

Source : https://www.pinterest.fr/pin/636063147348760602/

Personnellement, c’est l’orchidée blanche que je préfère, pour le côté élancé et très esthétique, j’en ai plusieurs chez moi, et je ne m’en lasse pas ! et avec un peu d’entretien, elles refleurissent régulièrement !

ATTENTION : toutes ces plantes sont toxiques en cas d’ingestion et il est recommandé de ne pas les laisser à portée de vos enfants qui pourraient les porter à la bouche ou se blesser.

 

Et dans la chambre à coucher ?

 A la bonne vieille idée reçue : « Il ne faut pas mettre de plante dans sa chambre, c’est malsain ! » et bien rassurez-vous, le fait qu’une plante verte dans une chambre soit nocive est… fausse ! La faute à de lointains cours de sciences mal interprétés par les élèves, qui apprennent que du fait du processus de photosynthèse, les plantes absorbent le CO2 pour rejeter de l’oxygène le jour, et inversement la nuit ! Ainsi, nous pensons qu’une plante dans notre chambre rejetterait du CO2 pendant notre sommeil !

En effet, le jour ou la nuit, la plante respire. Mais lorsque vient la nuit, il s’agit simplement du phénomène de photosynthèse qui s’arrête. La plante ne produit donc plus d’oxygène, mais ne rejette finalement qu’une faible quantité de CO2.

Enfin, sachez que cette quantité de CO2 rejetée est minime, et reste bien inférieure :

  • à la quantité d’oxygène que la plante produit le jour (à condition d’ouvrir les volets !) ;
  • à la quantité de CO2 qu’émet votre chien ou votre chat s’il a le plaisir de partager votre chambre la nuit ;
  • à la quantité que votre conjoint, ou vous-même rejetez la nuit du fait de votre respiration.

Vous pouvez donc user et abuser de vos plantes vertes dans votre chambre (à condition d’ouvrir les volets la journée !), votre pothos ne vous tueras pas dans votre sommeil !

 

Enfin, sachez que le cactus absorbe le CO2 la journée et rejette l’oxygène la nuit. C’est donc un bon compagnon pour la chambre à coucher. En outre, il ne demande pas trop d’entretien : idéal pour quelqu’un qui n’a pas la main verte !


Partager l'article :
  •  
  •  
  •  
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire